Babel

Selon la bible, l’orgueil des hommes a été puni en les divisant par une multitude de langues. C’est probablement l’isolement des groupes de populations qui leur a fait développer des moyens de communication séparés, et créé peu à peu, tous ces langages différents.  Pour les échanges entre les groupes, on a souvent créé une langue véhiculaire, faite de parts plus ou moins importantes des langues d’origine. Le latin, l’anglais, le français, l’espagnol, langues de peuples colonisateurs, ont également joué ce rôle.

Au XIXème siècle, s’est développée la théorie des nations, associée à une langue. La langue devient alors obligatoire pour tous les membres de ces nations ; son usage s’arrête abstraitement aux frontières, non moins abstraites, de cette nation. Les citoyens de chaque nation se sont alors sentis différents de part et d’autre de cette frontière, parce que la langue qui gouvernait leurs échanges les séparait matériellement.

Cette division selon les langues a alors nourrit les concepts de nations et de peuples développés comme celui d’un individu unique, avec son caractère, ses qualités et ses défauts, ses droits à disposer de lui-même. C’est ce concept qui a permis de passer des guerres des princes aux guerres entre nations, qui sont vite devenues une guerre mondiale. C’est toujours ce concept qui nourrit les guerres des Balkans comme la montée des extrêmes droites dans tous les pays développés. Lorsque à la différence de langue s’additionne la différence de religion, l’opposition est totale. Sur un territoire limité comme celui du moyen orient, la haine s’exacerbe entre des « peuples »artificiellement séparés.

A Babel, l’orgueil des hommes a été puni en étant transformé en orgueil collectif, l’orgueil terrible des nations.

Il est possible de faire de ces divisions une richesse, et de transformer le conflit des affirmations individuelles en amour, mais ce serait une révolution encore plus importante que celle de la tour de Babel.

L’impuissance des nations

Les nations discutent en ce mois de décembre 2015 du changement climatique. Elles vont parvenir à un accord, qui ne changera que peu de choses. Les multinationales continueront à prospérer, sans contrainte forte : les états qui tenteront d’en imposer verront ces grandes entreprises menacer de s’exiler (encore un peu plus) pour des pays moins exigeants.

Le souverainisme, que plébiscitent les populations majoritairement xénophobes, poussera les politiques à ne pas accepter de contraintes des autres : les riches, les pauvres, les rouges, les jaunes, les noirs, les boches… au choix des populistes.

Seule des modifications profondes du fonctionnement des états, une véritable révolution, permettra de créer une république universelle capable de prendre des décisions efficaces : transports en commun obligatoires en ville, maisons mal isolées reconstruites, tarifs des carburants fossiles surtaxés, avec en parallèle, une solidarité forte qui évite que ces mesures ne frappent les plus fragiles.

Effet Haine

L’extrême droite française s’appuie sur la peur issue des derniers attentats terroristes. Le front national redouble sa présence dans les media, sur les marchés, pour plaider la fermeture des frontières, la lutte impitoyable contre tous ceux qui ressembleraient à des terroristes.

La tactique millénaire du terrorisme fonctionne trop bien : les attentats, ciblés ou aveugles, engendrent la colère, la peur, la haine. Ils favorisent, dans la majorité, le recours à des politiques plus autoritaires. Même la gauche française au pouvoir choisit de diminuer les droits individuels pour lutter plus efficacement contre les terroristes.  Cette efficacité est illusoire : si cela gêne temporairement les terroristes, cela crée forcément des injustices. Tous les musulmans innocents qui seront arrêtés, poursuivis, insultés, mis à l’écart se sentiront victimes d’injustice. Parmi eux, certains seront des proies pour les prosélytes extrémistes et quelques uns deviendront eux-mêmes terroristes, compensant les terroristes arrêtés grâce aux mesures sécuritaires. Evidemment, le front national, s’appuyant sur la peur et la haine, montera encore dans les sondages.

La seule réponse consiste, non pas à « conserver nos valeurs démocratiques », celles ci sont trop altérées dans nos lois, nos divisions en états, mais à refonder une société plus juste encore, plus libre, plus équitable plus solidaire. Le terrorisme n’aura alors plus de prise sur les esprits.

La réforme est impossible…

La réforme est impossible, non pas seulement parce que la majorité est toujours frileuse et conservatrice, que les privilégiés ont peur de perdre des avantages et que les intellectuels aiment critiquer sans s’engager vraiment, mais parce que l’organisation politique entre les nations et à l’intérieur des états est inextricable : les textes légaux sont trop nombreux, obscurs, conjoncturels, contradictoires.

La révolte guette ceux qui n’en peuvent plus. Dés que le sentiment d’injustice est trop fort, elle gronde puis se déchaîne. Mais pour quel résultat ? Depuis la mort de l’idéal communiste, aucun idéal ne sous-tend les printemps arabes, ni les échauffourées de banlieue, ni les pierres et les couteaux de Palestine. Au delà de la revendication élémentaire de liberté, aucun système politique alternatif n’est proposé qui permettrait la justice. La liberation d’un dictateur renversé ne débouche que dans l’aliénation d’un système réactionnaire.

Le terrorisme, arme des faibles, des minorités, est abominable, parce qu’il frappe aveuglément des innocents, qu’il ne peut restaurer une société plus juste en étant plus injuste que l’oppression du système en place.

La révolution tranquille seule est souhaitable. Elle sera fertile si elle s’appuie sur de nouvelles propositions politiques, qui tourne le dos aux erreurs de la dictature, du nationalisme, de la domination des sociétés hypercapitalistes sur les états démocratiques. Elle devra être pacifique, absolument non violente pour aboutir. Elle prendra du temps.

Le sport, nouvel opium du peuple…

Faire du sport, c’est bien, c’est même indispensable à une vie équilibrée. Gagner sa vie avec le sport, quant il s’agit d’entraîner d’autres personnes, notamment des enfants, c’est louable.

Mais gagner des millions dans un jeu, non pas parce que des personnes sont prêtes à payer des millions pour vous voir jouer, mais parce que des patrons de clubs de sports commerciaux sont prêts à payer des millions pour en gagner d’avantage, avec des recettes publicitaires, prises sur le surcoût de la vie des consommateurs, et des subventions, prises sur les impots des contribuables, c’est une injustice qu’il faut combattre.

999,99 €

Les publicitaires méprisent les consommateurs, comme les prix se terminant par 9 le démontrent aisément. Comment supportez-vous encore de regarder, d’écouter, de vous laisser envelopper par les publicités ?

Vos divertissements sont payés par la publicité, c’est à dire par votre propre abrutissement. La publicité paye des sportifs, des artistes, des humoristes, pour vous divertir, au sens pascalien du terme : pour vous empêcher de réfléchir au sens de votre vie, pour vous empêcher d’envisager même de changer le monde. Le seul rêve autorisé par ce divertissement est celui de l’argent facile. Tout le reste est détruit par l’hypocrisie des émotions, ou la dérision, pour ceux qui voient les ficelles du manipulateur…

Payons au juste prix nos spectacles, soit par un abonnement, un ticket ou nos impôts, mais surtout pas en se laissant envahir par ces vampires que sont les publicités qui sucent le sang de notre intelligence et de notre liberté.

De l’utilité de conserver des manières chevaleresques…

Depuis plus d’un demi-siècle, des armées « occidentales » se battent contre le terrorisme en utilisant des méthodes qui sont retournées par ces mêmes terroristes pour lever de nouvelles recrues.

L’utilisation de la torture, à Guantanamo par les américains, ou en Algérie, autrefois, par l’armée française, a décuplé les forces du terrorisme : les recruteurs de la haine en font un argument définitif pour montrer que les « occidentaux » sont impérialistes, puissants et tyranniques, au point de torturer des opposants.

Le bombardement de civils donne lieu également à des manipulations « faciles » : on place des civils sur des objectifs militaires possibles puis on fait pleurer les mères et les veuves devant les cameras.

Récemment, les viols perpétrés par les militaires de l’armée française ou des casques bleus en Afrique ont également sali l’image des forces de la paix.

Pour qu’un gouvernement utilise la force, il doit légitimer son action, mais aussi systématiser un comportement exemplaire. En se privant de l’arme de la torture, de ripostes aveugles, on ne fait pas preuve d’un esprit chevaleresque désuet, on prive ses adversaires de leurs principales ressources : la manipulation des populations pauvres et mal informées, qui elle seule permet de recruter de nouveaux terroristes.

La république universelle devra limiter la violence au minimum nécessaire à sa sauvegarde, en préférant toujours sacrifier ses forces qu’à s’éloigner de ses valeurs. Pas de torture, pas d’assassinat, pas de meurtre qui ne soit directement indispensable à la survie d’autres hommes et femmes.

Indécence

L’indécence, ce n’est certes pas la chemise arrachée d’un directeur de ressources humaines, c’est bien plutôt la différence de statut et de salaire qui oppose un chef d’entreprise semi-publique vingt fois mieux payé que les employés qu’il licencie.Comment peut on calculer de mettre au chômage des hommes qui font leur travail dans une entreprise qui marche plutôt bien, sans songer à baisser d’abord son revenu exagéré ? Mais sans doute, quand on est fils de diplomate, qu’on se revendique d’une certaine noblesse, trouve-t-on normal d’être privilégié et opportun de ruiner la vie de ses employés/domestiques pour maintenir son propre train…

Dans la république universelle, les salaires seront différenciés, pour motiver les gens. Le différentiel sera de un à dix maximum. Mais toucher 20 fois plus, cent fois plus avec les primes, retraites, actions, stock options, cela ne motive pas, cela permet seulement de mépriser ceux qui n’ont pas ces avantages.

Abolissons les castes, dont Monsieur « De » Juniac, fils de diplomate, de fausse noblesse, énarque, « haut » fonctionnaire, nommé grâce à ses accointances politiques est le plus parfait représentant.

Républicains ?

Républicains ou nationalistes ?
Ceux qui refusent l’entrée sur le territoire français à des réfugiés, qui fuient la guerre ou une misère telle qu’on ne peut plus nourrir ses enfants, et qui se prétendent républicains confondent le sens de ce mot avec celui de nationalistes !
La liberté, l’égalité et la fraternité sont pour tous les citoyens du monde.

Non à l’égoïsme, ouvrons nos frontières

Les chefs d’Etat d’Europe et leurs ministres des finances refusent un soutien suffisant à la Grèce.

Les pays d’Europe limitent leur capacité d’accueil de réfugiés à des quotas dérisoires.

La majorité des citoyens semble soutenir cette attitude peureuse. La tactique de l’escargot remplace celle de l’autruche, avec l’assentiment massif des foules.

Les partis les plus « à gauche », restent fermement souverainistes et nationalistes : on ne va pas donner les mêmes droits aux étrangers qu’à nos nationaux. La solidarité se limite à nos familles, à nos proches ou, éventuellement, à des quotas de « gentils pauvres », bien choisis.

Même les associations restent « mesurées » dans leur révolte, en demandant poliment une ouverture un peu plus grande, sans remettre en cause le principe de la fermeture.

Mais ce n’est pas en essayant d’obtenir de petites avancées qu’on améliorera la situation globale. La misère des peuples a besoin d’une révolution, pas de réformettes qui ne font qu’ajouter à la complexité et parfois à l’injustice. Il ne faut pas seulement entrouvrir nos frontières, il faut supprimer les différences entre nos lois et abattre tous les barbelés. Ce n’est pas de l’utopie, c’est le seul remède possible.

Si des milliers, des millions de gens fuient la guerre et sont bien accueillis, ils participeront à une vie en commun, en apportant leur force de travail. Le nombre d’emplois d’une société augmente avec la démographie, avec l’énergie et la volonté des citoyens et décroit avec la peur et l’égoïsme : peur d’embaucher, peur de bouger, peur du voisin.

Sortons dans la rue pour appeler à une société réellement équitable et solidaire.