Développer les voitures électriques, l’escroquerie du XXième siècle.

C’est une manipulation incroyable, de la part des industriels et des gouvernements : faire passer la voiture électrique pour une amélioration environnementale ! des voitures séduisantes, silencieuses, et soit disant écologiques… Leur construction demande énormément d’énergie, les batteries sont difficiles à recycler, elles demandent des matériaux rares extraits dans des conditions sociales et écologiques scandaleuses, la création et l’entretien du réseau seront chers, la durée de vie des batteries, et donc des voitures très très limitées : l’innovation technologique, qui progresse au rythme des téléphones portables ne permet pas de conserver 20 ans, comme on a pu le faire pour d’autres véhicules, ces voitures à obsolescence programmée. En plus, en France, leur développement va de pair avec le renouveau des centrales nucléaires, dangereuses, extrèmement couteuses, générant des coûts sur les déchets pendant des millénaires, et une augmentation générale des dépenses d’énergie.

La seule solution viable, à 8 MM d’êtres humains, ce sont les transports en commun obligatoires sur certains trajets, le train pour les longs trajets de matérieux, et conserver les vieilles voitures très longtemps pour les petits trajets, en arrêtant d’en construire en grand nombre pour encombrer la planète de déchets… il faut développer les voies ferrées en se payant sur des augmentations de taxes sur les carburant et arrêter d’entretenir les grandes routes.

Cette politique des transports doit être révolutionnaire, et à l’échelle la plus vaste possible pour être efficace. Elle pourrait réussir car plus rationnelle, mais le grand moteur de la voiture individuelle, c’est l’individualisme et le maintien des inégalités sociales. Dans la vie courante, on s’affirme par rapport aux autres par sa voiture. Or celle ci pourrait être conservée comme un hobby pour les déplacements de loisir, ou certains déplacements techniques locaux, elle doit être considérablement limitée dans les déplacements professionnels et tous les déplacements de proximité.

Il faudra aussi inventer une façon plus intelligente de faire ses courses, avec des marchés et des commerçants de proximité, où on va acheter moins de 2 kg de marchandises, et plus de concentration d’hyper marchés et galeries commerciales, d’où l’on repart avec des caddies pleins d’objets inutiles.

La solution sera collective. Ne nous laissons pas imposer ce que nous n’avons pas choisi, ne nous laissons pas appâter par de faux attraits en faisant mourir notre nature sous le poids d’objets inutiles comme ces batteries.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.