Éloge de la grève

La grève est vilipendée par le gouvernement, qui « respecte le droit de grève », mais dont les membres ne se privent pas pour dénigrer les grévistes, les déconsidérer comme des feignants, des profiteurs, des égoïstes qui ne pensent qu’à défendre leurs intérêts particuliers. Toute la droite soutient cette pensée (que cherchait déjà à m’inculquer ma défunte mère…). Les media conformistes développent avec complaisance les cas particuliers un peu ridicules, en ce moment les pilotes d’Air France, ou les cheminots, dont le statut feraient des privilégiés.

Même s’il est vrai qu’en d’autres temps certaines grèves malvenues n’ont servi qu’à dégrader l’image des syndicats, il faut se souvenir de ce qu’est vraiment la grève : un moyen non violent de lutte collective pour résister à l’exploitation par une minorité puissante d’une majorité de pauvres. Les riches ne font pas grève, les rois, les gouvernements font valoir leurs privilèges par la force de leur armée et de leur police.

Faire grève n’est jamais facile. Cela demande du courage : la plupart du temps, le temps de grève n’est pas payé.  10 jours de grève, c’est la moitié du salaire en moins à la fin du mois… Pendant les premières luttes sociales, il a fallu s’organiser en caisses de prévoyance. Les grévistes et leur famille souffraient. Si la convergence des luttes se met en place en 2018, cela signifiera des privations dans les familles, de vrais sacrifices pour tous ceux qui choisiront de vivre debout.

Faire grève n’est jamais simple. Un mouvement de grève réunit contre un projet ou une situation inacceptable des organisations, des populations disparates. Les syndicats, qui sont différents parce qu’ils défendent des personnes différentes, parce qu’ils prônent des sociétés différentes, n’ont pas la même vision de la justice et ont du mal à mettre au point des plate-formes de revendications, des contre-propositions cohérentes. Les intellectuels ont d’ailleurs du mal à se retrouver dans les slogans, les chansons naïves des grévistes, dans les  désordres de la foule.  Alors que le projet de la direction ou ou du gouvernement parait plus ordonné, même s’il se présente souvent voilé. On propose une réforme de la SNCF « pour l’ouvrir à la concurrence », pour « mettre fin au privilège du statut ». Il s’agit « simplement » de désorganiser un peu plus les transports en commun, d’augmenter la part des sociétés privées et surtout leurs gains en bourse, lors des privatisations à venir. En réaction, les mots d’ordre sont parfois contradictoires. Il est évident pour tous que la situation actuelle pose des problèmes. Mais la solution proposée est encore plus néfaste… Ceux qui refusent un projet dangereux pour l’intérêt général apparaissent alors comme des réactionnaires, des passéistes, refusant de faire face aux problèmes.

Faire grève est un pari difficile : pour éviter une réforme néfaste à une entreprise, ou/et obtenir des avancées pour ses employés , on crée  une paralysie qui nuit au patron, certes, ou aux dirigeants publics, mais aussi, à court terme, aux clients ou usagers ; si la grève dure, on nuit aussi à l’image de l’entreprise, car les medias privilégient les usagers qui râlent, le gouvernement qui déplore… Ce moyen est toujours un ultime recours. En l’occurrence, c’est l’arrogance du gouvernement qui refuse de prendre en compte les contre-propositions syndicales et qui pense s’imposer avec une pseudo-concertation qui justifie les grèves actuelles. Lorsqu’une entreprise fait des bénéfices et qu’elle prévoit des licenciements, la grève et l’occupation des lieux de travail sont les seuls moyens des employés, même s’il plombent à court terme leur entreprise.

La grève est une violence minimale mais réelle, faite par les plus faibles contre les plus forts et n’est possible que si un grand nombre de grévistes sont mobilisés.  C’est un moyen de pauvres dans un rapport de force inégal.

Faire grève est un devoir pour les citoyens : il faut s’opposer à ces réformes perfides qui conduisent à plus d’injustice et vont contre l’intérêt général. Il faut réformer les transports, les services publics. Mais il ne faut surtout pas déstructurer les lignes, augmenter les couts de structure en multipliant les intervenants, pousser à la concurrence et puis à la faillite les sociétés éphémères, comme on l’a vu avec les « bus macrons ».  Le vote a laissé, comme souvent en cinquième république,  le pouvoir dans le moins mauvais des candidats. Mais ce la ne veut pas dire que ce qu’il va faire est bien. Il faut s’opposer avec force mais sans violence à toutes les réformes injustes et contre-productives. La grève est le meilleur moyen de cette résistance citoyenne, qui ajoute à notre république déficiente ce qu’il lui manque de dialogue et de construction.

Le vrai message de la grève doit être contre le démantèlement des services publics, pour l’intérêt général au dessus de l’intérêt particulier. La défense des statuts, des salaires doit passer au second plan, au moins tant que pour les moins favorisés, le minimum dans le public est au dessus du privé.

Il faudra ensuite dépasser la grève, pour passer à un mouvement démocratique positif, celui de la révolution tranquille vers une république juste et pour cela universelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *