Archives par mot-clé : mensonge

Pervers Noël

Le père Noël est une invention publicitaire destinée à pousser nos chérubins. Son habillage en légende poétique est un leurre.

En premier lieu, ce mythe récent (un peu plus d’un siècle) dérive de mythes chrétiens (saint nicolas, sauveur des enfants), mais détourne complètement le sens religieux de la fête de Noël.

Noël, c’est l’anniversaire de la naissance de Jésus, qui naît réfugié dans une étable, qui recevra des cadeaux des rois mages, représentant la reconnaissance universelle du caractère divin de ce petit enfant. Qu’on soit chrétien, ou non le message d’un dieu devenant un fragile bébé, né au milieu des pauvres, reconnu par des bergers puis par quelques privilégiés, est un message d’espoir, de paix et de partage. Pic de Mirandole disait qu’il fallait voir Dieu non pas comme un vieux roi barbu tout puissant, mais comme un bébé, fragile, qu’il faut protéger…

En écho à ce message, il est normal d’offrir des cadeaux aux enfants et d’en échanger avec ceux qu’on aime, voire même ceux qu’on ne connait pas. Noël est heureusement le moment privilégié des dons caritatifs. Ces cadeaux sont le symbole de l’amour. Ils ont le prix du travail réalisé pour les acheter.

Quand un enfant reçoit à Noël de très nombreux cadeaux de la part d’un héros mythique extérieur, et non pas de ses parents ou de ses amis, il ne partage pas l’amour de ses parents, il apprend juste à recevoir miraculeusement, sans comprendre qu’il s’agit d’un don, parfois d’un sacrifice, de la part de ceux qui l’aiment. Quand il apprend que le père Noël n’existe pas, il prend conscience de la capacité de ses parents et de toute la société à mentir sur ce qui est encore pour lui le plus important.

Mais le pire est sans doute atteint lorsque de braves professeurs des écoles demandent aux enfants de faire une liste de commandes au père Noël. Pauvres ou riches, ils dressent un inventaire parfois fantastique, mais souvent trivial, basé sur les catalogues de jouets des supermarchés dont ils découpent les images. Seuls les enfants des familles aisées recevront une partie de cette liste. Les pauvres comprendront qu’ils le sont et auront une expérience de l’injustice sociale. L’éducation nationale n’apprend pas aux enfants le mythe chrétien, ce qui peut se comprendre par souci de laïcité, mais utilise Noël, pour apprendre que ce qu’on désire le plus se « commande » et qu’un héros mythique réglera tous les problèmes de production et d’acheminement.

Bref, le père Noël sape les valeurs de la famille, du travail, du partage, de l’enfant -Dieu, pour promouvoir le mensonge, l’inégalité sociale, les jeux d’argent (qui répercutent le mythe de la liste magique) et surtout la consommation à outrance, au delà des possibilités des familles défavorisées.

Conservatisme et négationnisme

A l’heure où les français conservateurs choisissent leur candidat, quand les américains ont déjà choisi le pire des présidents pour éviter tout changement, il faut faire tomber le voile que les gens de droite se posent volontairement devant les yeux.

Parmi les électeurs conservateurs, majoritaires dans la plupart des pays, on trouve des personnes peu cultivées, en détresse morale ou matérielle ; mais on trouve aussi des cadres dynamiques, des entrepreneurs, des retraités aisés, des employés et des fonctionnaires. Ce qui les rapproche, c’est leur négationnisme.

Les plus réactionnaires nient les causes fondamentales de la deuxième guerre mondiale et de la prochaine : ils soutiennent les politiciens populistes qui attisent la xénophobie pour prendre le pouvoir ; ces sauveurs une fois élus provoquent des massacres pour entraîner tout un peuple dans leur folle politique. La haine  et la violence concentrent les énergies des fanatiques, mais crée aussi une économie de guerre générant de l’emploi provisoire pour tous et des profits fabuleux pour les plus malins.

La plupart des conservateurs nient les analyses écologiques et démographiques qui montrent la nécessité absolue d’une réorganisation planétaire de nos sociétés : il faut d’urgence abandonner la course au transport individuel, protéger les sols et les forêts d’une agriculture destructrice de diversité et d’emplois , abandonner les énergies polluantes et dangereuses. Chaque adulte des pays riches, qui a organisé sa vie sur ses voitures, sa maison individuelle, qui mange de la viande deux fois par jour refuse de changer son mode de vie. Mais ce mode de vie n’est pas transposable aux sept milliards d’individus de la planète. Minimiser les alertes des scientifiques permet de maintenir l’injustice.

Le plus grand mensonge que tous les conservateurs se font à eux mêmes c’est de refuser de changer leurs habitudes pour faire de la place aux autres. Nions les problèmes, affirmons l’absence de solution, dénigrons la solidarité et proclamons nous « réalistes », alors que nous ne sommes que profondément égoïstes.