de Ravaillac au voile islamique

Le 14 Mai 1610, Ravaillac, un fanatique religieux, manipulé par le clergé ultra catholique, assassinait Henri IV, probablement le meilleur roi que la France ait subi. Le premier mérite de ce souverain original est d’avoir mis fin à une longue guerre de religion qui avait ensanglanté une bonne partie de la France pendant près de quarante ans. Quatre siècles après, les fanatiques religieux existent toujours, ils assassinent surtout des personnes sans défense, dans des mosquées souvent, des écoles ou des églises. Mais ce sont les islamistes qui les manipulent.

Les ultras de toutes les religions, y compris des religions athées comme l’était le stalinisme ou le maoisme, font croire à leurs adeptes que la parole de dieu ou du prophète sort de leur propre bouche : ils doivent leur obéir, sans chercher à comprendre ou à discuter. C’est tellement simple : on peut prêcher n’importe quel discours sans chercher à le rendre logique ou à le justifier. Lorsqu’ils ont pu convaincre une majorité, à une échelle restreinte, dans un quartier ou une ville, ces ultras insistent avant tous sur le respect absolu des apparences, petits signes de soumission, faciles à comprendre et contrôler : interdits alimentaires ou vestimentaires, pratiques religieuses ordinaires. La majorité des “cons-vaincus”, est ravie de dénoncer les “rebelles”, de fustiger le comportement de ceux qui ne respectent pas à la lettre ces coutumes. Cela leur donne bonne conscience, leur permet d’oublier leurs propres déficiences, par rapport aux exigences de leur conscience sur les actes vraiment importants.

C’est évidemment contraire à l’esprit des religions : le jeûne, l’abstinence, la chasteté sont des sacrifices volontaires qu’on offre à Dieu et qui n’ont de sens que s’ils sont librement consentis. Ils ne prennent de valeur que lorsqu’ils résultent chaque fois d’un choix délibéré. Suivre une pratique religieuse comme une mode ou une obligation sociale ne peut plaire à Dieu, s’il existe et ne peut alimenter une recherche spirituelle.

A une échelle plus large, lorsque les extrémistes religieux ont pris le pouvoir, ces pratiques sont inscrites dans une loi et des punitions officielles sont prévues. Evidemment, la majorité des interdits ne concernent qu’une partie de la population. Les femmes, ou les non croyants, sont ainsi réduits à des êtres humains inférieurs en droit. Cela renforce le pouvoir et flatte l’orgueil des hommes, qui se targueront de leur religiosité pour mieux opprimer leur femme, leur fille, leur voisin ou l’étranger. La religion dans les états non laïcs est pervertie par la minorité dominante pour asseoir son pouvoir politique et sa domination économique et sociale.

Au temps d’Henri IV, l’hypocrisie consistait à aller à la messe, sous peine de passer pour un hérétique. On pouvait être jugé et condamné, ou assassiné lors de troubles urbains, pour de tels manquements. Aujourd’hui, dans les pays dont la loi est inspirée par l’islam, le port du voile est obligatoire pour les femmes. Toute une série d’obligations ou d’interdictions les soumet, non pas à Dieu, mais à leur mari ou à la brute qui passe et se croira autorisé à les insulter, parfois même à les violer.

Ce phénomène existe, dans une moindre mesure, dans les quartiers de banlieue d’Europe où une forme rétrograde et violente de l’Islam durant ces vingt dernières années est venue s’imposer à des populations d’origine musulmane, en réaction à l’exclusion sociale d’une forte proportion des enfants et petits enfants d’immigrés. Une pression sociale existe dans ces quartiers pour que les femmes portent le voile, pour que tous respectent le ramadan et les interdits alimentaires. Beaucoup pratiquent par conformisme ou pour ne pas être l’objet de remarques désobligeantes ou d’insultes. Certains se placent du côté des ultras pour être du côté du manche, au moins dans son quartier.

Il est triste qu’on se moque d’une femme qui porte le voile, si elle conçoit ce voile comme un don à Dieu. Mais il est bien plus grave qu’on oblige une femme à se voiler, qu’on impose quoi que ce soit aux femmes qu’on ne s’imposerait pas aux hommes. Il est encore plus condamnable qu’une femme soit soumise à son mari par une loi ou par un conditionnement psychologique et social. Il ne faut pas interdire le port du voile, mais combattre l’obligation de le porter pour les femmes.

Les religions et toutes les quêtes spirituelles ne peuvent s’épanouir profondément que dans la liberté et l’égalité : on doit être libre de pratiquer ou de ne pas pratiquer, sans avoir à se cacher, et sans chercher à contraindre son voisin. C’est le seul chemin vers la paix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *