glyphostate cache misere

On va lentement vers une interdiction du glyphosate en France. Le plus grave dans cette évolution, c’est que l’on concentre le discours sur cette matière active. Or cet herbicide est dangereux pour la santé, mais sans doute beaucoup moins que les autres herbicides alternatifs que tient prêts l’industrie chimique, bayer/monsanto en tête. Les nouvelles matières actives sont des molécules plus petites, bien plus difficiles à détecter que le glyphosate, et dont les effets nocifs seront encore plus compliqués à mettre en évidence et plus longs à dissiper. Les nano particules associées aux pesticides sont déjà présentes dans notre environneement et vont encore augmenter.

La seule bonne solution réglementaire c’est d’interdire progressivement et universellement tous les herbicides, en menant de pair une vraie révolution technique. Cette révolution devra être aussi sociale et économique, car il faudra, et ce sera une chance pour l’humanité, plus de main d’oeuvre pour l’agriculture.

C’est le contraire du modèle productiviste, où l’on souhaite un agriculteur pour 1000 ha, chargé de faire de la monoculture d’exportation. Il en faut un à l’hectare, qui devra évidemment être pluri actif et produire pour ses voisins. Les productions d’exportation doivent être marginalisées, au moins pour la surface qui leur est consacrée.

Sans cette révolution mondiale, à mettre en oeuvre sans attendre pour sauver l’humanité, les réglementations sanitaires adoptées dans un seul pays riche sont hypocrites et inefficaces.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *